top of page
Rechercher

Fabien Galthié : “Une équipe, c'est un projet collectif avec un objectif individuel”

France Inter - Sous le soleil de Platon

Qu'est-ce qui fait une bonne équipe ? Et est-ce qu'une bonne équipe est forcément victorieuse ? L'entraîneur du XV de France nous invite à méditer sur les trois principes qu'il s'est fixés comme objectifs : "rassembler, fédérer, partager".



France Inter - Sous le soleil de Platon

Charles Pépin


Avec Fabien Galthié - Sélectionneur de l'équipe de France de Rugby




Crédit photo : Fabien Galthié ©AFP - Charly Triballeau


Introduction France Inter : En trois années, Fabien Galthié a réussi à construire une équipe qui gagne à nouveau. Les chiffres sont là : "on est passé de 33% à 80% de victoires et même 95 sur les deux dernières années." Fort de son vécu et de son expérience, le sélectionneur a construit une belle équipe. Mais est ce qu'une belle équipe est une équipe qui gagne ?



Que retenir de cette émission sur ce qui fait une équipe performante ?


Beaucoup d'éléments sont passés en revue, voici une synthèse.


Agréger des talents autour d'un projet, d'une vision


"Une belle équipe, c'est une équipe qui partage la même vision, les mêmes objectifs."


Car rassembler des talents ne suffit pas pour faire équipe (voir notamment "L'influence de la culture d'entreprise"), ces talents doivent opérer dans un collectif au service d'un projet commun.


"Une bonne équipe n'est pas une somme de talents, une bonne équipe n'est pas une addition, mais une mission. .../... Que chacun ne soit pas lui, mais plus que lui, les yeux tournés vers l'horizon. Que chacun ne soit pas lui, mais aussi moins que lui, capable de s’oublier pour que vive le collectif, de s’oublier, de s’effacer ou au moins de se mettre à son service." (Charles Pépin)


Fabien Galthié répète lui souvent à ses joueurs "Servez le projet, le projet vous servira."


Servir le projet en dynamisant le collectif, c'est d'ailleurs pour lui ce qui distingue notamment aujourd'hui, le capitaine de l'équipe de France et meilleur joueur du monde 2021, Antoine Dupont. "Antoine a compris qu'il n'existait qu'avec les autres, qu'il a besoin d'abord d'être un grand partenaire". (FG)


Protéger les personnes et le groupe avec un cadre


Le seul fait pour un groupe de disposer de règles qui lui sont propres, crée une culture spécifique qui permet la cohésion. Quand un projet est dessiné, il s'inscrit dans un cadre de fonctionnement qui favorise une vie saine du groupe et d'une bonne gestion des égos pour atteindre les objectifs.


Communiqué à chaque nouvel arrivant, il permet de protéger le groupe et d'éviter autant que possible les mauvaises surprises. "II faut éviter de surprendre les joueurs." (F.G.)


Cultiver la diversité, les points forts et les singularités


Cultiver la diversité permet d'associer les visions et compétences complémentaires nécessaires pour approcher la performance.


Se concentrer sur les forces et singularités (Fabien Galthié donne pour exemple le "French flair" pour l'équipe de France), permet de se focaliser sur le potentiel à développer. On ne développe que ce sur quoi nous portons notre attention. Entretenir les forces permet également de développer la confiance en soi, indispensable à la performance, tout en appréciant la progression et non pas que le résultat. Tous nos comportements dérivent de notre estime de soi.


"La force de l'équipe de France aujourd'hui .../... Je crois que nous avons l'équipe de France qui s'aime le plus en tant qu'équipe et les joueurs qui s'aiment le plus en tant que joueur." (FG)


Evoluer dans une approche systémique


Ce qui rend un groupe performant, c'est la façon dont les membres du groupe vont interagir les uns avec les autres (ici Charles Pépin prend pour image la qualité des passes).


C'est la force de l'intelligence collective qui se construit dans la capacité à créer des liens et qui influence la performance.


Prendre en compte et gérer les émotions


C'est la culture de l'organisation qui va déterminer la place des émotions dans l'entreprise. Souvent laissées pour compte, elles ont pourtant un impact déterminant dans la performance quant à la posture et la prise de décision.


Reconnaître et verbaliser une émotion permet d’analyser ce qu’elle nous indique, un guide primordial pour se comprendre soi. Elles nous permettent aussi de créer des liens plus authentiques avec les autres.


Une agrégation qui devient une union


C'est ainsi que l'agrégation de talents devient l'union d'un groupe au service d'un projet plus grand que soi. Jean Jacques Rousseau posait la question "Si on veut être ensemble, il y a deux manières d'être ensemble, l'agrégation (un groupe constitué par des forces extérieures, notamment par nécessité ou destin) et l'union (un désir de l'intérieur qui maintient le groupe)."


L'enjeu est de passer d'une agrégation à une union.


D’après Vincent Lenhardt qui a établi un modèle des 3 stades de développement d’équipe, ce dernier stade est le graal du fonctionnement des équipes qu'il appelle lui : "l'équipe performante et solidaire" autour d'une vision partagée.


Ce type d’équipe suit une vision porteuse. Le sens est primordial et guide chaque action des personnes. De plus, chaque individu a une vision holomorphique de l’équipe : chacun est une partie de l’équipe et représente en même temps toute l’équipe. Autrement dit chaque élément devient un maillon essentiel au fonctionnement global de l’équipe.




France Inter - Sous le soleil de Platon

Charles Pépin


Avec Fabien Galthié - Sélectionneur de l'équipe de France de Rugby

73 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page